COMPTE RENDU DU SEJOUR FEVRIER 2012

A FAIRE

COMPTE RENDU DE SEJOUR DU 29/10 AU 10/11/2012

LE 29/10/2012

Arrivée à Lomé à 3 h00. Départ pour le village dès que les bagages sont récupérés. Arrivée à Kpéglo à 10 h 30. Panique ! 3 femmes font le ménage de la mission. Barthélémy et un délégué des chefs nettoient la terrasse. A 12 h, visite d’une petite commission (Richard, Yao, Barthélémy, Atsou et Rose) + Joseph et Kossi. Nous les informons que nous sommes là pour effectuer les démarches administratives pour l’autorisation de construire l’USP. Ils demandent une réunion pour discuter de la façon dont les villageois pourront aider. Rdv donné à 14 h l’après-midi même. A 13 h 30, visite surprise du Chef Canton et de sa femme ; Ils ne s’attardent pas mais tiennent à nous remercier de ce que nous faisons pour Kpéglo. 14 h : personne. A 14 h 30, arrivée de Richard puis d’Atsou. A 15 h, les autres membres de la commission arrivent au compte-gouttes, avec les délégués des chefs, le chef Kabyè, le notable du chef Ewé, Poto et le président du CVD.il en ressort que un technicien du génie civil peut être embauché (comme pour l’école) pour aider à la construction. La population, sous la direction des pros, pourra faire les fouilles, puiser l’eau, remblayer. Pour le remblai, comment faire venir de la latérite ? Il faut louer un camion, Poto propose de se renseigner. La maçonnerie devra être faite par un entrepreneur Nous devons donc trouver des entreprises pour faire des devis. Richard en propose une sur Atakpamé. Il faut penser à faire évaluer dans le devis le coût de l’assainissement. Levée de la réunion à 17 h. Visite des enseignants de Kpéglo qui nous informent que l’état va financer un nouveau bâtiment pour l’école sous la surveillance du COGEP (comité de gestion des parents d’élèves présidé par Richard). Visite des enseignants de Tsavié-Copé. L’école sera reconnue officiellement en sept 2013, ils ne seront pas maintenus, n’ayant pas les qualifs nécessaires ; ils se montrent inquiets quant à leur avenir.

LE 30/10/2012

7 H : Visite de Richard et Kossi au sujet du foot. Le tournoi Claude Daboudet a commencé. Restent à jouer les ½ finales et la finale. Je les informe que Joëlle et Claude ne viendront pas avant 2014. Ils attendront. Avec les cotisations des joueurs (20 000 FCFA) et les primes de matches (20 000 FCFA) ils vont acheter des tubes et les faire souder pour faire de vrais poteaux de buts. Ils demandent une aide. Je leur demande un devis d’un soudeur. Henri propose de marquer les corners avec des poteaux souples et des drapeaux. 7 h 30 : le chef Ewé, absent, délègue un de ses fils pour nous saluer. Visite de Komi , puis de Mmes Piten et Alaba. 10 h : Arrivée des ingénieurs de la Santé d’Atakpamé. Dans la foulée, arrivent Soladadzi et le délégué du chef Ewé. Nous procédons à l’implantation de l’USP. Les limites sont posées à 10 m de chez Pakoudjaré, à 20 m de la piste. La façade est orientée vers la piste. L’accès est prévu entre les 2 bâtiments. Prévoir la plantation d’arbres et de haies. Suit une réunion avec la commission et les professionnels : Débat sur les déplacements des ingénieurs de la DRS (à titre privé ou de l’état ?) Richard a contacté l’entrepreneur d’ECBP pour qu’il vienne travailler sur le devis avec nous en début de semaine prochaine Soladadzi assure qu’ils sont avec nous et travailleront avec l’entreprise que nous choisirons. En début d’après-midi, visite amicale de Kossi, qui nous demande la prise en charge de son loyer (évoquée avec Claude lors de son dernier séjour, parait-il !!!) et de ses cotisations sociales. Il voudrait aussi que nous nous portions caution pour un prêt perso. Puis arrivée d’Irène et Ekim qui rentrent de Lomé après une hémi thyroïdectomie pour Irène. Francis Pakoudjaré vient me demander si nous allons rémunérer les professionnels du village qui aideront au chantier : il est qualifié en maçonnerie et offre ses services. Je lui réponds que ce sera du travail bénévole de leur part, mais que nous passerons par un entrepreneur expérimenté à ce genre de travaux. Joseph me sollicite pour un prêt personnel de 50 000 FCFA qui l’aiderait à payer l’inscription de son fils à la faculté. On ne s’en lasse pas…

LE 31/10/2012

A 8 h, rdv avec Léonce pour partir à Lomé rencontrer le délégué du ministère de la santé. Il arrive à 10 h. Nous sommes très énervés. Nous arrivons à Lomé à 13 h. Kossi nous a accompagnés au RDV avec M KOMLAGAN qui nous reçoit à 15 h. Il nous remet les photocopies de l’autorisation de construire et nous conseille d’aller saluer le nouveau DR d’Atakpamé. Il ne peut pas nous conseiller d’entreprise mais nous assure de son soutien. Ce monsieur est charmant et nous pourrons compter sur lui à l’avenir. Très bon contact. Nous allons passer la soirée chez Crios, un ami de Zara, transitaire au port de Lomé. Il nous a donné RDV en ville et nous offre un verre. Nous lui expliquons nos projets. Il passe 2 coups de fil à des amis que nous rencontrons dans la soirée. Ce sont des entrepreneurs en maçonnerie qui travaillent avec les monuments historiques et/ou l’Etat Togolais. Crios leur demande de nous faire un devis pour dans 2 jours en suivant les plans que je leur remets.

LE 01/11/2012

9 h : Après avoir visité le lycée que finance Crios avec le Rotary local, nous repartons pour le village. Panne de voiture : ce n’est que la batterie, mais nous passons 2 h à galérer à Kpalimé parce que le mécano veut nous la vendre 2 fois son prix. J’appelle Léonce pour qu’il explique à ce voleur que je ne paierai pas. Ça fonctionne. 15 h : la commission a visiblement oublié notre réunion… Nous nettoyons les abords de la mission et faisons brûler toutes les broussailles. En soirée, visite de Barthélémy, Joseph, Victorine, Rodrigue et sa famille et Gros. Barthélémy me reproche de ne lui avoir demandé de nous accompagner à Lomé, en tant que président de la commission. Je lui réponds que l’association France gère le dispensaire et que nous le tiendrons informé. Je lui demande aussi d’arrêter de se formaliser pour des détails de cet ordre : ce n’est pas un manque de confiance, mais nous avons autre chose à faire que justifier chacun de nos agissements. Ce que nous faisons, c’est pour le bien commun du village, pas pour nous ! Il aurait quand même aimé être connu des services du Ministère.

LE 02/11/2012

Visite matinale de Komi qui demande une audience pour 20 h. Nous partons visiter Ama. Elle n’est pas chez elle. 16 h : réunion avec le COGEP. Cotisation de 500 F par famille. 18 membres au bureau avec un commissaire aux comptes de l’Education Nationale. Ils nous remercient pour l’aide financière donnée en février (70 000 F) Les frais de géomètre ont coûté 55 000 F, la formation de la commission 10 000 F et les tampons 5 000 F. Pour la publication des appels d’offres, ils doivent avoir environ 150 000 F. Après qqs cotisations des familles, ils ne disposent que de 50 000 F. Je leur explique qu’ils doivent obliger toutes les familles ayant des enfants dans l’école du centre de Kpéglo. En aparté, Richard demande que la commission puisse surveiller l’entreprise qui construira le dispensaire et que cela soit porté sur le contrat signé avec celle-ci. 17 h : Délégation d’Akadjamé : les notables et enseignants viennent nous dire que les bancs sont terminés pour l’école. Nous prenons RDV pour le mercredi 7 à 16 h pour les réceptionner et payer le solde au menuisier. Barthélémy est inquiet qu’une seule personne puisse être chargée de surveiller le chantier. Nous expliquons que la commission entière en aura la responsabilité. Se pose le problème de la surveillance des matériaux. Si nous les fournissons, qui sera responsable en cas de vol ? La confiance règne… Visite nocturne de Komi. Il n’a pas apprécié de se faire jeter par JJ au début de l’année quand il avait proposé d’aider l’infirmier et vient nous l’expliquer. Nous lui répondons que ce garçon a toutes les qualifications requises et notre confiance et qu’il ne l’a jamais trahie, lui !

LE 03/11/2012

Devis du soudeur de Elé pour les buts du foot : 140 600 F. Main d’œuvre 20 000 F à débattre. Pas de peinture antirouille prévue. Richard nous présente le contrat qui sera signé le 7 avec le technicien pour l’école. Visite de M KALAO avec Poto. Il a dû vendre le camion à cause des roues trop petites pour les montagnes où il circulait. Il essaie la motopompe et l’achète pour 80 000 F. Poto nous invite à manger chez lui dimanche soir. DISCUSSSION 0 BÄTONS ROMPUS AVEC Joseph qui laisse entendre que le chef Ewé est désavoué par une partie de sa population, parce qu’il n’habite plus au village que très rarement et s’en désintéresse.

LE 04/11/2012

Visite avec Barthélémy des délégués d’Adipom qui viennent nous rappeler leur demande de réparation du deuxième forage du village. Nous nous engageons à voir l’ingénieur lors d’un prochain séjour. Visite de Yao et Kossi. Yao nous explique que Rose a de gros soucis avec le FECECAV. Elle ne peut pas produire de preuves du remboursement des sommes que lui ont remises les femmes des 3 quartiers qui ont cultivé. Elle va sûrement être poursuivie en justice et Yao dit qu’il n’a pas confiance en elle, qu’elle a détourné l’argent et chacun sait qu’elle a acheté une moto avec. Richard et Kossi arrivent : Richard demande que nous apportions avec les camions des casiers métalliques pour ranger les documents de l’école. Il voudrait acheter le groupe électrogène mais ne peut pas le payer : il vendra son coton en février, paiera et en prendra alors livraison. Concernant le dispensaire, il insiste pour que la commission puisse contrôler le stock des matériaux. Il se méfie des maçons qui pourraient vendre pour leur compte les sacs de ciment. Je m’étonne qu’il ait si peu confiance en ses « amis » maçons, il sourit. A notre retour de chez Poto, Barthélémy est dans tous ses états. Il ne savait pas où nous étions et est à bout de nerfs : il pensait que quelque chose de grave nous était arrivé.

LE 05/11/2012

Nous décidons avec Kossi de partir le lendemain à 6 h pour Lomé. Nous irons en moto tous les 2. Komi vient nous demander de construire une paillotte sur la terrasse de la mission et de construire des apatams pour nos prochains séjours, avec Atsou et le soudeur. Le directeur de l’école de Kpéglogan a entendu dire que nous allions à Akadjamé mercredi et veut se faire confirmer le RDV ???? Visite de Victorine. Puis sortie à Elé pour voir avec le gestionnaire si nous devons signer un papier à Kossi pour un prêt personnel. Je ne signe qu’une attestation d’emploi avec le montant mensuel du salaire.

LE 06/11/2012

Départ à 6 h pour Lomé avec Kossi. Nous nous arrêtons prendre le petit déjeuner (poulet-riz) chez la maman de Kossi. Visite de Françoise, Henri et Josée à Kpéglogan avec Bernard et Barthélémy. Les enseignants et délégués font une demande de tables-bancs et la réfection du pont. L’après-midi, ils vont à Tsavié Copé et offrent à l’école un dictionnaire et des crayons. Visite surprise de Sanni qui demande une entrevue. Henri l’informe que je suis à Lomé. Il me téléphone et nous prévoyons de nous voir en février prochain. Arrivée à Lomé à 11 h. Nous rencontrons 3 entrepreneurs qui ont préparé des devis. Le plus fiable semble être M ATTIOPOU. A discuter ensuite avec les autres. Nous allons aussi à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale pour déclarer l’embauche de Kossi (M. KOMLAGAN nous avait conseillé de nous mettre en règle avec leurs services). Nous passons une soirée sympa chez le frère de Kossi qui est chauffeur dans une école privée.

LE 07/11/2012

Départ de Lomé à 5 h 45 direction Atakpamé. Nous rencontrons Messieurs Akpedjagbo et Noël. Le nouveau DR est absent. Ils l’informeront de notre visite. Nous discutons avec le responsable de l’ECBP du devis. Celui-ci ne tient pas la route, il manque un tas de choses. Cependant, ces messieurs ont l’air proches de lui et espèrent que nous le ferons travailler. Je ne m’engage pas et demande des vérifications dans les quantités de matériaux. Retour au village à 14 h. Pendant ce temps, Henri, Françoise et Josée ont reçu la visite d’un délégué de Kpéglogan venu les remercier de leur déplacement de la veille. A 16 h, nous allons à Akadjamé pour la réception des tables-bancs. Au retour, nous nous arrêtons à Adipom voir le forage à réhabiliter. Nous saluons le chef du village. Le soir, nous recevons tardivement et en douce, Marceline et Paul Agboka au sujet de la caisse du potager. Marceline ne pouvait pas rembourser ce qu'elle y a volé, mais Paul nous informe que Richard a payé pour elle.

LE 8/11/2012

Barthélémy demande que nous fassions un courrier à La Poste d’Elé pour faire modifier les signatures. En effet, sont signataires le président, le trésorier et la secrétaire (Joëlle) et ils ne peuvent pas retirer d’argent sur le compte sans les 3 signatures. Je n’ai pas de signature déposée à La Poste et ne peux rien faire. Il faudra que Joëlle le fasse la prochaine fois. Je vais voir Ekim pour discuter avec lui de l’argent qu’il doit encore à la commission (47 455 F). Il met en cause Yao qui aurait prélevé 22 000 F pour les prêter à Rose, mais s’engage finalement à nous rembourser lors de notre prochain voyage. Dernière rencontre avec la commission : je rappelle l’importance pour nous que tous les villageois de Kpéglo et des villages voisins adhèrent à l’association.