COMPTE RENDU DU SEJOUR 2011

Le 26 février

Arrivée au village vers 17 heures 30 du groupe des femmes et enfants. Réception par les villageois (cf discours d’accueil joint). Arrivée des baroudeurs vers 20 heures.

Le 27 février

Visite de Cécile et Monique aux chefs, accompagnées de Bernard Banasso. Le chef Ewé est absent. Le chef Kabyé nous reçoit et nous promet de mobiliser sa population pour mardi matin. Les hommes déchargent le camion chez Irène et construisent un apatam près de la mission. Les représentants des chefs viennent saluer les hommes et s’engagent aussi à mobiliser les villageois. A 16 heures, Henri et Françoise rencontrent les enseignants. Kossi demande que la bibliothèque villageoise soit sortie de l’école ; Il lui est impossible de laisser accès à tous dans son bureau à cause des documents qu’il y garde. Joseph Alaba remet un cahier sur lequel sont inscrites et décrites par le menu les difficultés auxquelles seraient confrontés le CVD et la Commission. Entrevue avec Ekim qui retrace l’histoire de son implication pour le village et me fait part lui aussi de problèmes rencontrés au sein de la Commission : l’argent prêté à Marceline par Yao (trésorier) et qu’elle ne rembourse pas (5000 francs CFA), la bibliothèque dans l’enceinte de l’école, le comité potager qui ne transmet pas de compte-rendu, le quartier de Tonkodji qui ne s’implique pas et critique ce qui est fait.

Le 28 février

8 heures : réunion à ma demande avec la commission pour l’organisation du chantier. Demande de planning des quartiers : toujours rien d’organisé sauf pour mardi et mercredi (ont prévu de venir les quartiers de Tassinga Copé et Kaokaté Copé). Je suis agacée et précise que rien ne sert de faire des courbettes quand nous arrivons si derrière, on ne vient pas travailler, tous les quartiers doivent se sentir concernés, puisque tous bénéficieront des soins, y compris Tonkodji et Kpéglogan. La commission se retire quelques minutes pour débattre du prix des repas. Ils nous demandent 300 francs par personne et par jour, tout compris. Atsou Lamadokou (membre de la commission et maçon bénévole) demande l’autorisation de louer 10 serre-joints à 75 Fr. l’unité par jour. Les hommes sont partis avec le camion chercher les 7 tonnes de ciment à Amou (2 voyages) et les ferrailles. 15 heures : Avec Cécile, nous avons rendez-vous chez Joseph. Il nous attend avec Komi. Pendant 1 heure 30, ils expliquent leur dévouement et les soucis rencontrés lors des soins, des démarches pour le CEG (la population refuse de verser une cotisation pour les frais) et des actions de la commission. Ils demandent que nous fassions le nécessaire pour que la commission soit réélue. Rappel des statuts de la commission et des règles de la démocratie. 17 heures : délégation du chef kabyé venue nous rassurer : le nécessaire a été fait pour faire travailler sa population. 17 heures 30 : Visite des 3 enseignants de Kpéglogan qui nous souhaitent la bienvenue avec un coq. Henri et Françoise conviennent avec eux d’une visite à l’école le mardi 8.

Le 1er mars

5 heures : Gros fait une crise de folie : il gronde comme un moteur au volant de la voiture de son père pendant plusieurs heures. 7 heures : Salutations d’une délégation de Tsavié Copé (leur chef et ses délégués) qui nous rappellent leurs doléances passées (un puits). J’indique que Joëlle et Claude verront ça pendant leur séjour, mais qu’une borne fontaine est prévue dans leur quartier. 7 heures 30 : Présence de Poto sur le chantier avec 2 menuisiers extérieurs au village qui semblent prendre la direction du chantier. Cécile et moi sommes saisies de cela et je convoque immédiatement Poto pour lui expliquer que seuls les bénévoles travailleront désormais sous la directive des professionnels du milieu, eux aussi bénévoles. Les menuisiers partent, Poto reste sur le chantier. Les hommes et nos enfants ramassent des cailloux pour faire le hérisson sous la dalle. 8 heures : Certains de nos enfants vont chez Sarah pour apprendre comment se fait le gari. 8 heures : Visite de Joseph, Komi, Barthélémy et Bernard à JJ. Ils veulent discuter du fonctionnement du dispensaire. Ils souhaitent que l’infirmier recruté soit qualifié pour faire les accouchements. 9 heures : Délégation des chefs traditionnels (le chef Ewé est rentré cette nuit) et leurs délégués, venus évoquer la présence de Poto et rappeler leur implication dans l’organisation des travaux. Trois délégués de Kadjamé, village voisin, viennent proposer leur aide aux chefs qui acceptent. Ces personnes nous remercient de construire la case santé où ils viendront se faire soigner. 10 heures : 37 personnes seraient sur le chantier, 18 sont comptées. Je précise que nous ne paierons les repas que des personnes qui travailleront toute la journée, pas de celles qui viennent deux heures par-ci, par-là. Les enfants restant à la mission et Henri trient tous les cartons des 2 fourgons et rangent ensuite par véhicule selon l’utilisation ultérieure. 10 heures 45 : Réunion avec la commission pour préparation de l’AG qui doit se tenir le lendemain. Sont présents Barthélémy, Joseph, Bernard, Marceline, Yao, Cécile et Monique. Sont excusés Ekim (à cause de Gros) et Atsou qui travaille sur le chantier. Ils présentent le rapport d’activités, mais n’ont pas préparé le bilan financier. En raison de l’impossibilité pour Ekim de se libérer aujourd’hui, nous décidons de reporter l’AG à vendredi matin 10 h. Avant de lever la séance, Barthélémy nous fait part du fait que les habitants de Kpéglogan ne veulent pas travailler avec les autres, ne se sentant pas concernés. Seuls les enseignants et les élèves sont venus aux travaux de préparation du terrain du dispensaire et au nettoyage de la mission. Cela viendrait du fait qu’une partie des terres du quartier est sur le canton d’Aveho et l’autre sur Agbanon. Ils évoquent aussi le problème des termites qui risquent d’abîmer vite les portes et fenêtres du dispensaire (elles ont attaqué la mission) et nous demandent de faire établir un devis pour des huisseries métalliques à Elé. J’indique que nous allons déménager la bibliothèque villageoise à la mission et que la commission aura à la gérer à l’avenir. 15 heures 30 Cécile et Monique vont à Elé pour rencontrer le chef d’agence de la CECAV. Aucune somme n’a été remboursée depuis le prêt de 120 000 frs accordé en 2009. Le montant des intérêts a été plafonné à 8 800 frs pour leur faciliter le remboursement. Il les a rencontrées plusieurs fois pour clarifier le fait que l’ancien gérant n’était pas parti avec l’argent. Ce monsieur viendra à notre rencontre avec les femmes prévue jeudi à 15 heures. 16 heures : JJ a rendez-vous avec Joseph et Komi pour faire sur le point sur le fonctionnement de la pharmacie. Tout a l’air bien, hormis certaines personnes qui ne paient pas les médicaments (Ekim entre autres…)

Le 2 mars

28 ouvriers sont sur le chantier pour la journée, 36 seulement le matin. JJ et Anibal consultent. Henri et Jocelyne trient les livres de bibliothèque. Jérôme, Julien et Claude vont chercher des serre-joints et des pointes à Elé, accompagnés de Yao. Les enfants sont invités chez Sarah pour voir faire l’huile de palme. Visite des instituteurs de Tsavié Copé qui nous demandent un ballon de foot. Je le leur promets pour la semaine prochaine, lors de la visite d’Henri et Françoise. 15 heures : assemblée générale du potager : je demande le report car la population n’a pas été prévenue. Nous convenons de la tenir le lendemain à 17 heures 30. Je rappelle que la commission est tenue de faire passer les infos. Barthélémy me précise que l’affichage a été fait au marché, mais pas le « gongonnage ». 17 heures 30 : La commission présente son bilan financier : Recettes dépenses 492 000 frs 387 600 Solde positif de 104 400 frs. Les jeunes du village nous font demander par la commission s’ils peuvent jouer samedi après-midi pour nous. Réponse positive, bien sûr (on ne s’en lasse pas…)

Le 3 mars

Consultations de JJ et Anibal. Henri, Françoise et Julien sont à l’école. 9 heures : réunion des comités de gestion de l’eau. Barthélémy représente la commission. Les 3 présidentes expliquent que les familles paient à l’année une cotisation de 500 frs par an et 300 frs pour une personne seule. Au marché, 30 familles, à Tonkodji, 36 familles et à Kpéglo Centre, 30 familles ont cotisé en 2010. Sanni n’a envoyé personne pour la formation des personnes des comités : le vendredi matin était prévu, mais c’est jour de marché à Kpéglo. Je remets à madame Alaba 2000 frs pour la cotisation annuelle des familles de la mission. 15 heures : réunion des groupements de femmes en présence du chef d’agence de la CECAV d’Elé, de Barthélémy et Yao pour la commission. Sont présentes les représentantes de Parfait Copé, de Tonkodji et de Kaokaté Copé. Elles nous disent avoir cultivé en 2009, mais rien en 2010, de peur que le gérant soit parti avec la caisse. Elles ont toutes l’intention de cultiver des terrains mis à disposition cette année et rembourseront quartier par quartier, soit 4 fois sur 30 000 frs. Ceci leur permettra de réemprunter indépendamment. Arrivée des femmes de Tchangai Copé à 16 heures 10. Même bilan. Dans le même temps, le patron de Léonce, M ABAH vient voir les véhicules et en propose 13 000 €. Nous devons essayer de les faire dédouaner. 17 heures : AG du potager. Excusé : M. PATAPOU. L’ancien bureau est reconduit, avec en plus, Mme BANASSO : co-responsable des ventes M PITEN Koffi : conseiller agricole M PATALI Medjo-Neya : 1er conseiller Mme KINI Yawa : 2ème conseillère Doléance d’Irène pour l’école d’Adipom : un jeu de maillots pour 16 enfants et un ballon. Nous lui donnons un ballon et étudierons pour l’an prochain sa demande de maillots.

Le 4 mars 

Doléance du CVD pour le CEG (cf document joint) 9 heures : AG de la commission annulée en raison d’une altercation violente entre Soladadzi et Barthélémy qui se fait accuser de toucher de l’argent de notre part. Les représentants de l’association France quittent la salle et laissent les chefs débattre avec les leurs. Ils viennent au bout d’une heure nous trouver et nous demandent de ne pas quitter le village pour quelques individus malveillants. Nous partageons notre repas avec eux et fêtons ainsi l’anniversaire de JJ. 15 heures 30 : Les menuisiers nous réexpliquent l’intérêt des portes métalliques. Nous sommes en attente du passage des ferronniers pour un devis. Il est convenu d’aller le lendemain chercher le bois pour la charpente à Tchalomé avec le camion. Il est prévu un toit à 4 pentes.

Le 5 mars

Départ d’Anibal, Jérôme et Julien. Henri et Françoise trient les livres de la bibliothèque de l’école. JJ et Claude vont chercher le bois avec les menuisiers. Visite de l’infirmier d’Elé qui veut voir JJ. Je lui demande de revenir dans deux jours pour être sûr de trouver le médecin. Visite du chef Kabyé, juste pour nous saluer. Les enfants retournent chez Sarah qui leur montre ses plantations : riz, adémé, maïs, ignames… 11 heures : JJ, Claude, Jocelyne et Monique partent à Agbanon à la demande et accompagnés de Joseph rendre visite au vieux qui a offert le terrain du dispensaire. JJ l’examine et à la demande insistante de Joseph, nous lui remettons un billet pour lui venir en aide. Nous apprenons au retour par Mamakopé qu’un forage existe à Djanta Copé et est en panne depuis environ 5 ans. Les habitants de ce quartier vont chercher de l’eau à la rivière vers Mamakopé ou au forage de Tonkodji (très loin). Les ferronniers viennent prendre les mesures pour les portes et fenêtres. 16 heures 30 : Match des jeunes du village.

Le 6 mars

9 heures : rencontre avec Ekim, Joseph et Bernard. Ils présentent leurs excuses pour l’incident de l’AG. Ekim va partir à Lomé le lendemain matin pour le dédouanement des camions et se rendre à Kpalimé pour l’agrément du dispensaire. Nous lui remettons tous les documents nécessaires. Nous établissons le programme des jours à venir. 9 heures 50 : arrivée de Sanni. Nous étudions avec lui les documents pour le château d’eau qui sera implanté à Parfait Copé, point le plus haut du village. Un propriétaire devra laisser son terrain. Sanni rappelle que « l’eau est du domaine public ». Pour la formation des comités de gestion, il dit qu’une formation mensuelle serait assurée si les femmes se montraient disponibles. Visite au forage de Djanta Copé. Un premier devis de 380 520 frs est établi. Il pourrait être revu à la baisse si la plaque couvrant la baudruche était retrouvée (elle coûte 125 000 frs). Début de tri des médicaments et fournitures diverses destinés au dispensaire. Visite de l’infirmier d’Elé, très excité à la vue de ce que nous apportons. JJ lui remet des sets chirurgicaux qui ne serviront pas à Kpéglo. Il nous fait passer un modèle de protocole anti-palu. 16 heures 30 : Match des filles de l’école. Nous offrons des maillots.

Le 7 mars

8 heures : Fête de l’école. Match des garçons. Don des fournitures scolaires. Tchasso, Joseph et Barthélémy demandent à me voir en privé. Tchasso a utilisé le ciment restant sur le chantier l’an dernier pour sa maison. La commission le lui a vendu, mais à ce jour il n’a rien pu rembourser. Il s’engage à le faire petit à petit dès que son salaire tombera régulièrement. Il doit 10 sacs. Barthélémy et Joseph m’expliquent que pour le CEG, seraient concernés non seulement les enfants de Kpéglo (deux classes de CM2), mais aussi ceux d’Adipom et de Kpakopé. Selon eux , l’effectif en 6ème serait d’environ 60 à 80 élèves. Les parents paient 6 100 frs annuels d’écolage pour un garçon et 4 900 pour une fille. 12 heures : repas à l’école. 15 heures 30 : Claude, JJ, Henri Françoise, Jocelyne, Léo, Teddy, Cécile R, Léa et Marie vont aux CEG et lycée d’Agbanon (où ils rencontrent le chef canton) et Elé remettre les livres et l’ordinateur.

Le 8 mars

7 heures : délégation du chef kabyé. Il explique que les Ewés n’ont jamais rien fait pour le développement de Kpéglo. Je leur demande, avec les circonvolutions adéquates, d’oublier ces griefs et d’accepter ceux qui se manifesteraient pour entrer à la commission. 7 heures 30 : Claude et JJ amènent le bois à Elé pour le faire raboter et vont à Adeta acheter tôles, contreplaqué et pointes. 8 heures : Recensement par les enfants et la commission, aidés de Cécile et Jocelyne. Henri et Françoise vont visiter les écoles de Kpéglogan et Tsavié Copé (distribution de manuels scolaires et de maillots de foot). 9 heures 30 : Paul Agboka m’apporte en présence d’un délégué du chef Ewé une lettre signée des 2 chefs, demandant la tenue de l’assemblée générale de la commission le jeudi matin. La 1ère journée de recensement se termine vers 15 heures. Joseph vient nous trouver et nous explique qu’Ekim n’est plus assez « résistant » pour gérer la commission. Il a pensé à plusieurs personnes à solliciter pour entrer à la commission (Ewés et kabyés).

Le 9 mars

7 heures : JJ et Justine consultent toute la journée. 7 heures 30 : Joseph et Komi remettent en doute Ekim. Ils disent que c’est un politique et que dans le village, c’est mal vu par beaucoup. 8 heures : 2ème journée de recensement. 15 heures : Claude doit retourner à Adeta changer les pointes achetées la veille. 21 heures : Komi, Joseph et Barthélémy viennent préparer l’AG. Ils demandent la création, à la tête de la commission, d’un bureau de coordination et de représentativité avec un président d’honneur, un secrétaire général et un trésorier. Il faudra en parler à Ekim demain avant l’AG.

Le 10 mars

8 heures 30 : Visite de l’équipe de foot des jeunes, encadrés de leur responsable et de l’entraîneur. Ils viennent nous remercier et remettre un courrier pour Claude Daboudet. Nous leur offrons 2 jeux de maillots complets. 10 heures : arrivée d’Ekim. Il n’a pas pu faire dédouaner les véhicules. Mais pour le dispensaire, le dossier est à l’étude. Nous l’interrogeons sur l’utilité de créer ce bureau : il est ravi et se propose comme président. 10 heures 30 : AG (compte-rendu ci-joint). 13 heures 30 : M ABAH vient avec des chauffeurs chercher les camions. Comme les frais de dédouanement s’élèveront à environ 3 000 €, nous décidons de lui donner l’Ivéco de l’an dernier. Il doit le récupérer pendant le séjour de Joëlle et Claude. 14 heures : grande braderie 16 heures 30 : JJ reçoit quelques malades. Se présente une sage-femme qui vient postuler pour son mari, infirmier accoucheur à Kpalimé. 18 heures : réunion avec la commission. Je remercie les nouveaux membres qui sont entrés au bureau et leur demande de travailler tous ensemble pour le développement de Kpéglo. On partage un dernier verre de Sodabi ou d’eau…

Le 11 mars

Départ du village vers 8 heures 30.

COMPTE-RENDU DU VOYAGE A KPEGLO DU 2 AVRIL AU 3 MAI 2011 

Dimanche 2 avril 

  7 h 30 : Après un café en compagnie des Bouillon et des maris Roche et Vayssouze, départ en voiture pour Paris. Voyage sans problème et arrivée à Lomé dimanche matin très tôt à l’hôtel du Golfe. Journée habituelle de farniente au Sarakawa et départ pour le village le lundi matin.

Lundi 4 avril  

Arrivée à Kpalimé à 12 heures où nous retrouvons Ekim qui nous conduit chez le DPS (Directeur préfectoral de santé), Monsieur BAKO, responsable en partie du dossier d’agrément du dispensaire. Contrairement à ce que nous pensions, non seulement l’agrément n’est pas prêt mais nous n’en sommes qu’au dépôt des pièces. Nous repartons donc avec un dossier à remplir et à redéposer dès que possible. Après visite des maisons que le chef canton nous avait destinées, nous décidons d’aller vivre à la mission et arrivons à Kpeglo à la nuit où quelques membres de la commission, prévenus par Ekim, donnent un coup de propre à la mission.

Mardi 5 avril 

8 heures : Réunion avec la Commission pour faire le point. Barthélémy insiste pour que toute l’organisation et particulièrement les rendez-vous soient centralisés par la Commission. CD demande qu’on réfléchisse à une grande fête avec l’ensemble des villageois et les 2 chefs un dimanche à venir. 10 heures : visite des responsables du village d’Akadiame dont les habitants ont participé aux travaux du dispensaire. Ce village manque cruellement d’eau. Nous nous engageons à leur rendre visite. 16 heures : visite de Monsieur Kalao , ami de Poto, qui nous remet l’acompte de 500.000 F CFA à valoir sur l’achat du camion plateau Mercedes lors du prochain voyage pour un montant de 3.000.000 F CFA . Il se dit également très intéressé par le petit 4x4 Mercedes qu’il a vu sur une photo. Il serait prêt à le payer . 1.000.000 F CFA et à le mettre à notre disposition pendant nos séjours. Nous n’avons pas fait de commentaires, affaire à suivre… 17 heures : visite du menuisier (Komi Awadé) qui prend un acompte de 100.000 F CFA sur les 200.000 FCFA pour la fabrication de 20 bancs pour l’école de Kpeglo qu’il s’engage à terminer avant notre départ. 17 h 30 : le menuisier et le maçon (Atsu Lamadokou), responsables du chantier nous dressent la liste des matériaux à acheter pour finir le chantier. Ils nous indiquent qu’il y a un problème avec le soudeur qui s’est chargé des portes de la case santé. Ils ont payé des frais de transport supplémentaires à hauteur de 11.000 FCFA au lieu de 3.000 F CFA ; en effet, les premières portes livrées n’étaient pas à la bonne dimension et ont été reportées à Ellé et rapportées à la case santé après rectification. (Qui est responsable des mauvaises mesures ?.....) Donc, mésentente de Monsieur Abatoutou avec les maçons qui nous conseillent de commander les grilles des fenêtres à un autre soudeur à Ellé. 20 heures : CD remet à Joseph 40.000 F CFA pour la caisse de la Commission.

Mercredi 6 avril  

Départ 7 h 30 pour Adeta avec menuisier et maçon. Arrêt à Ellé pour demander deux devis concernant les grilles des fenêtres de la case santé. Achat des matériaux à Adeta chez les différents fournisseurs et tentative échouée de connection avec la présidente. Retour à 14 h à Ellé et commande des grilles de fenêtres chez le soudeur Eric qui a présenté le devis le moins cher. Arrivée à Kpeglo à 17 h 30 après crevaison (impossible de trouver outils) et dépannage de Yao à Mama Kope.

Jeudi 7 avril 

  8 h 30 : visite de courtoisie des enseignants de Kpeglo. 9 h 30 : les enseignants de Tsavie Kope demandent une audience. Nous promettons de leur rendre visite et prenons rendez-vous le 11 avril à 17 h 30.  17 h 30 : visite des enseignants de Kpeglo Gan qui demandent une aide pour un forage. Nous devons rencontrer Monsieur Sanni samedi prochain et nous comptons en débattre avec lui et la Commission.

Vendredi 8 avril 

Matin : bazar total avec marché aux fringues devant la mission. Il nous reste quelques fripes. 13 heures : visite de 2 notables d’Agbanon envoyés courtoisement par le chef canton.

Samedi 9 avril 

Départ 7 h pour Adeta avec Yao pour réceptionner le solde des matériaux et faire réviser la voiture par Constant. Retrait banque UTB d’Adeta. A notre retour à Ellé, CD apprend que la maison d’Ellé que nous avons occupée l’an dernier, se libèrera dès le lendemain et nous en sommes ravis. 15 h 30 : arrivée de Monsieur Sanni et réunion avec Joseph et Barthélémy. Sanni nous indique que le dossier de la distribution d’eau dans le village a été déposé à L’AGAIB . Ekim, qui connaît le coordonateur à Atakpamé, Monsieur Nayo, doit prendre rendez-vous avec lui en notre compagnie. A propos du forage en panne de Djanta Kopé, le devis de réparation se chiffre à 417.770 F CFA et nous pensons qu’il serait plus intéressant de déposer un nouveau dossier à l’AGAIB. Autres villages demandeurs pour un forage : Akadiamé, Kpeglo Gan et Bamélé Kopé. Monsieur Sanni nous indique la marche à suivre pour déposer un dossier de demande de forage à l’AGAIB afin d’être sur les listes lors du prochain vote de construction de forages sur la région : Création d’un comité Eau (5 personnes dont majorité de femmes) Ouverture d’un compte dans une banque ou la Poste avec dépôt de 150.000 F CFA Création du dossier , enregistrement à la police d’Adeta et dépôt à la Direction de l’AGAIB à Atakpamé (Joseph + un membre de chaque comité). Joseph considère qu’il faut donc mobiliser 170.000 FCFA par dossier : 150.000 FCFA de dépôt + 20.000 FCFA de frais. Après concertation avec Monique, il est décidé de procéder au dépôt des 4 nouveaux dossiers concernant les villages ci-dessus. A propos des forages existants à Kpeglo, Monsieur Sanni fait remarquer que les Comités des Eaux ne sont pas encore au point, surtout en ce qui concerne celui du marché. Il va redémarrer la formation le dernier samedi de chaque mois, le vendredi prévu auparavant ne semblant pas convenir. Joseph signale que certains enseignants luttent pour ne pas payer l’eau du forage du dispensaire. Nous règlons la facture de Monsieur SANNI pour 2011. 17 h 30 : visite du responsable de Bamélé Kopé pour doléance de l’eau. Nous prenons rendez-vous avec son quartier mercredi 13 avril à 9 heures. Dimanche 10 avril  11 h : entretien avec Monsieur Kossi ESSE, infirmier accoucheur diplômé d’état qui postule pour le poste de responsable du dispensaire. Cet homme de 25 ans (31 en réalité) a été promu en 2009 et travaille au service des prématurés du CHU de Tokoin depuis août 2009 et ce à titre bénévole. Il est donc très intéressé par cette proposition de poste et nous fait une excellente impression. Il ne craint pas la difficulté des conditions de brousse étant lui-même né à la ferme et ayant grandi dans un milieu identique à celui de Kpeglo. De plus, il est célibataire et motorisé. Salaire demandé : 80.000 FCFA (le DPS nous avait indiqué une fourchette entre 80.000 et 120.000 FCFA selon expérience). Nous promettons de le rappeler pour lui donner une réponse. En ce qui concerne le couple dont la femme s’était présentée pour son mari à JJ Bouillon, celui-ci n’est pas titulaire d’un diplôme mais seulement d’une attestation. 15 H : rendez-vous avec Atsu Lamadokou qui nous remet un programme de la fin des travaux Lundi : crépissage sous le toit Mardi : mise en place des claustras Mercredi à vendredi : peintures intérieures et extérieures Nous avons remarqué que, pendant notre séjour, Poto a été présent aux travaux de maçonnerie. D’après la Commission, il ne viendrait que lorsque nous sommes sur place. ???

Lundi 11 avril 

10h30 : visite à l’édile de Tsavie Kope où les enfants nous accueillent par des chants. Nous sommes reçus par le chargé de l’école, Mr Hughes ESSAGPA, deux instituteurs, Messieurs Abalo AGBAI et Komla BOUASSI ainsi que le président du CPE, Mr Prosper AGOUDAVI. C’est la 5e année que cette école de 75 élèves en 3 classes (du CP au CM1 avec création CM2 l’an prochain) fonctionne sans aucune aide de l’Etat. Sur 50 familles habitant Tsavie Kope, environ 20 familles envoient leurs enfants à cette édile et versent 3000 FCFA par famille et par an. Le. budget de l’école est donc ridicule . Deux doléances : Une aide aux instituteurs bénévoles Une aide à l’équipement des apatams : les enfants travaillent sur des bancs pourris ou carrément par terre. Les responsables nous signalent que le village de Tsavié (entre Adeta et Agbanon) désire leur donner 20 bancs dont il n’a plus l’utilité  mais qu’ils n’ont pas trouvé de moyen de transport. Nous leur proposons de reprendre contact avec ce village afin de récupérer ces bancs avec notre voiture. 11 h : visite courtoise du chef canton et de son épouse. Nous en profitons pour l’inviter à notre prochaine fête. 11 h 30 : visite de Monsieur Atcha, contrôleur responsable du Génie sanitaire de la région de Kpalimé. Sa visite concerne le contrôle du bâtiment du dispensaire pour l’obtention de l’agrément de l’Etat. Après exploration des lieux et diverses explications sur la façon de procéder, il demande qu’on lui refasse un nouveau plan plus précis du bâtiment qu’il faudra remettre à Kpalimé. Nous règlons 10.000 FCFA à ce monsieur pour son déplacement. 13 h : visite courtoise du jeune responsable de la CECAV qui vient informer et encourager les femmes qui font du potager. Nous lui rappelons qu’il serait bien d’accorder un petit intérêt sur les sommes bloquées dans son établissement. 14 h : Irène nous présente ses doléances pour son école : 2 tableaux (à voir plus tard) Des maillots de sport pour les enfants (nous en avons trouvé ensuite dans carton) 15 h : une réunion couture était prévue avec les femmes. Elles semblent avoir été retenues et viennent le soir pour s’excuser et reporter la séance 15 h : CD et JD se rendent à Akadiamé avec Joseph et Barthélémy. Nous sommes reçus par la population et l’école. Ce petit village dont le chef est Monsieur Zakwe Hounov compte 400 habitants. 193 élèves à l’école et gros problèmes de manque d’eau. Nous remercions le village d’avoir participé aux travaux du dispensaire et annonçons que l’association a décidé de l’ aider à monter un dossier pour l’obtention d’un forage. Cette information est accueillie avec grand enthousiasme. 18 h : nous partons à Amou pour acheter 20 nakos qui semblent manquer pour finir les fenêtres du dispensaire. Chemin difficile, arbres en travers de la piste, nuit tombante. Nous obtenons enfin les nakos et apprenons par téléphone une heure plus tard qu’il y avait assez de nakos à Kpeglo. Super ! (les nakos en trop sont à la mission pour l’an prochain).

Mardi 12 avril 

8 h : visite de bienvenue des femmes de Parfait Kopé 8 h 30 : passage du soudeur qui a fabriqué les portes métalliques. Nous avons, en effet, constaté que deux des portes ne fermaient pas et l’avons convoqué. Grosse embrouille entre les maçons et le soudeur. Finalement, le soudeur demande à nous voir personnellement et s’engage à venir rapidement, remettre les portes en place avec l’aide de son maçon dès que nos maçons auront quitté le chantier. 9 h 30 : déplacement à Kpeglo Gan où l’ensemble des responsables autour des enfants de l’école nous accueillent chaleureusement par des chants et des danses avec les encouragements de « notre » Basile. Le village compte 527 habitants dont 109 enfants scolarisés. Doléances : Des tables bancs (seulement 13 bancs pour 109 élèves) 1 pont sur le ruisseau 1 enseignant non payé par l’Etat Manque cruel d’eau potable CD explique que l’Association a décidé de les aider à constituer un dossier de demande de forage et à prendre en charge le dépôt de fonds et les frais pour un total de 170.000 FCFA mais qu’elle ne peut offrir davantage cette année. On nous explique que le village, qui désire évoluer, vient de créer un CVD et d’élire son président.

Mercredi 13 avril 

9 h : comme convenu, nous nous rendons au rendez-vous de Bamélé Kopé. La population n’est pas là et le responsable s’agite pour l’appeler. Au bout de quelques minutes, CD décide de ne pas attendre et donne une dernière chance de rencontrer le village quelques jours plus tard. 15 h : réunion avec Barthélémy, Joseph, Bernard, Yao, Messan, Komla Adboka, Richard pour organisation de la fête du village qui doit avoir lieu le 24 avril à partir de 14 h. La Commission évalue les participants à environ 2100 personnes dont 600 enfants et 1000 femmes. Il est d’abord question de cuisiner du riz pour accompagner les boissons que nous offrons mais nous nous apercevons que ce genre de fête ne peut s’envisager sans viande. Donc APERO et biscuits et stop. Pour cette fête, il est donc nécessaire d’acheter : 200 kg de mil + mouture 2 fûts de sodabi 2 fûts de vin de palme Sirops Whisky Gateaux et bonbons Les matchs de foot auront lieu dans les jours précédant la fête car le dimanche matin est réservé au culte. Match des femmes ; mercredi 20 à 16 H. Match des hommes : samedi 23 à 15 h. 15 h : Départ Joëlle et Yao pour Ellé. Achat du mil pour la fête Enlèvement des grilles des fenêtres

Jeudi 14 avril 

8 heures : Impression des plans envoyés par JJ B à Adeta. Rendez-vous au DPS pour remise des nouveaux plans. Nous sommes reçus par Monsieur Atcha qui nous donne la liste des prix des soins et des médicaments. 10 heures : départ pour week-end au Bénin jusqu’au dimanche 17 avril.

Lundi 18 avril 

Après passage à Lomé pour quelques achats papèterie pour Commission et infirmier, nous sommes reçus à Kpalimé par le DPS et le technicien qui nous remettent le C.V. d’une infirmière avec qui nous prenons rendez-vous pour le lendemain. Nous achetons tous les registres, carnets, tampons et autres nécessaires pour la case santé. Le DPS nous assure que le dossier est correct et qu’il le transmet à Atakpamé. Concernant l’infirmier (ère), il devra venir une fois par mois en réunion au DPS et fournir un rapport détaillé chaque mois. En temps utile, le DPS fournira les vaccins qui pourront être entreposés au dispensaire d’Ellé (frigo). Pour ce qui est de l’avenir, nous attendons l’agrément et ensuite il faudra que l’infirmier (ère) se présente au concours d’infirmier agréé mis en place ponctuellement par l’Etat.

Mardi 19 avril 

11 h : remise par Yao et Madame Piten de la recette de la vente du reste de vêtements qui a eu lieu le vendredi. 12 h : arrivée de Madame Koutchounan, infirmière accoucheuse diplômée d’état. Elle travaille bénévolement à Atakpamé depuis quelques mois. Souhaite plus de 100.000 F CFA de salaire et pourrait descendre à 90.000 F CFA. N’est pas rompue aux problèmes spécifiques de la ferme, souhaiterait être logée dans la mission en attendant mieux, obtenir un groupe électrogène pour travailler, a un enfant, un compagnon sans emploi et enfin n’est pas motorisée. Nous lui promettons de la rappeler pour lui faire part de notre décision. Appel vers Monique et JJB pour décision à prendre au niveau de l’embauche.

Mercredi 20 avril 

10 h : réunion Commission (Barth/Ekim/Yao /Joseph et nous) 1) CEG : Ekim est allé au Ministère qui demande les pièces de donation du terrain + plan pour commencer les démarches. Le propriétaire du terrain qui a vendu 1 ha propose d’offrir le 2e ha en échange de cadeaux. Ces cadeaux se chiffrant à 45000 FCFA dans un premier temps, nous refusons, considérant qu’il vaut mieux acheter définitivement le 2e ha au prix de 70.000 FCFA plutôt que d’avoir une dette permanente vis-à-vis du propriétaire. Nous avions donné initialement 100.000 FCFA qui ont été utilisés à hauteur de 70.000 FCFA pour achat du 1er ha et pour 30.000 FCFA en frais de démarches auprès du chef canton et délégation. La commission nous demande donc 180.000 FCFA pour l’achat du 2e ha, les frais de géomètre et frais de déplacement divers pour les démarches. Nous acceptons de prendre ces frais de dossier à notre charge pour donner une chance au village d’obtenir un CEG par l’Etat mais en insistant bien sur le fait que notre engagement se limite actuellement à cela. Il se peut en effet que l’Etat ne prenne pas en charge le CEG immédiatement mais demande à la population de démarrer comme un CEG de village, sous apatam et avec des professeurs (minimum 4) pris en charge par le village. Pour notre part, nous ne pouvons pas nous engager dans cette voie actuellement. 2) Joseph soulève un problème de propriété au niveau du premier terrain qui nous avait été donné pour l’implantation de la mission et du dispensaire et auquel nous avions renoncé car une maison s’y était implantée. Il voudrait refaire les plans permettant de récupérer la partie non occupée par le constructeur de la maison. CD lui rappelle que le propriétaire de ce terrain nous en a donné un nouveau à la place de celui-là et qu’il serait malhonnête d’essayer de s’en emparer. Dans tous les cas, l’association ne se sent pas concernée par cette action. 3) Environnement du dispensaire : discussion pour création de haies, arbustes, massifs, etc… autour du bâtiment. 15 h : Joseph nous demande une entrevue très privée et nous l’accompagnons à son domicile. Il nous explique, une fois de plus, qu’il faut que nous apprenions ce que sont les africains et qu’ils ne pourront donc, lui et Komi qui vont être engagés au dispensaire, être payés par nous officiellement . Ils ont donc décidé d’ouvrir un compte en banque afin que nous puissions leur verser de l’argent en toute discrétion. Il en profite pour dénigrer tous ses collègues mis à part Barthélémy et Komi. Après avoir répondu par la négative concernant leur embauche, nous ressortons un peu énervés de cette entrevue. 16 h : match des filles . Kpeglo gagne 1/0

Jeudi 21 avril 

9 h30 : visite de l’acheteur du camion avec Poto, qui nous apporte des bananes et nous invite à aller le visiter à Ellémé. 10 h : visite du CPE de Tsavié Kopé qui a repris contact avec la ville de Tsavié pour les 20 bancs offerts. Changement de programme, ils sont maintenant à vendre 2000 FCFA par banc. Nous prenons rendez-vous pour le lendemain avec eux à Tsavié pour s’en expliquer. 10 h 30 : nouvelle visite à Bamele Kope où nous sommes, cette fois, fort bien accueillis par la population (essentiellement des femmes d’ailleurs). Nous leur indiquons que nous allons leur offrir le dépôt d’argent permettant d’obtenir un forage quand l’Etat togolais aura un programme dans la région. Grands remerciements ; Barthélémy s’étonne qu’il y ait si peu d’hommes présents et leur demande si seules les femmes sont concernées par l’eau. 11h30 : déjeuner à l’école avec les instituteurs et Kossi. A noter que nous avons refusé de participer aux frais de cette « invitation ». Malheureusement, ce déjeuner s’est trouvé assombri et écourté par un incident grave, Kossi apprend par téléphone le décès de sa seconde femme.

Vendredi 22 avril 

9h : second rendez-vous avec l’infirmier, Kossi ESSE, à qui nous annonçons qu’il a été choisi. Il ne peut se libérer définitivement avant le 9 mai mais propose de venir passer 3 jours entre le 26 et le 28 avril pour s’installer avant notre départ. 11 h : entrevue avec les responsables du village de Tsavié à propos des bancs qu’ils avaient proposé d’offrir à Tsavié Kopé. Ils ne sont plus d’accord pour les offrir car il faut les réparer. Nous indiquons que nous les réparerons nous-mêmes et que nous assurerons le transport mais visiblement là n’est pas la question. Nous décidons de quitter la réunion devant une mauvaise foi évidente et refusons de discuter le « prix » du cadeau, les laissant sans voix. Pendant le retour, nous expliquons au responsable du CPE que nous essaierons de les aider autrement en leur fournissant de quoi bricoler leurs bancs et en notant leur doléance de bancs pour l’avenir. 13 h : Joseph nous présente tous les papiers qu’il a collectés pour déposer l’argent concernant les 4 dossiers de forages. 15 h : dernier petit marché aux fringues

Samedi 23 avril 

7 h 30 : achat gâteaux et sucettes pour fête 8 h : départ pour matinée de tourisme à DaÏ, très bel endroit dans la montagne, au large d’Adeta. Constant que nous rencontrons à Adeta, décide de nous accompagner décidant que sa voiture ne connaît que lui en montagne. La suite de la visite lui donnera raison (grosse panne en montagne), ce n’est guère mieux par la suite. 15 h : retour au village pour assister au match des hommes qui sera malheureusement arrêté à 16 heures par un violent orage. Egalité deux buts partout.

Dimanche 24 avril 

Grande fête à Kpeglo. Le service d’ordre tenu par nous et la Commission est très difficile. La Commission râle car elle n’a pas pu boire ni manger. Nous lui promettons une fête entre nous. Ce même dimanche, le soudeur et son maçon passent la majorité de la journée à remettre en place les portes de la case santé. Nous prenons RV le lundi pour solde du règlement.

Lundi 25 avril 

8 h : visite à Ellé du soudeur qui, malgré le supplément de travail important, s’est comporté très correctement, ne nous facturant que 5500 FCFA en supplément du devis ; nous promettons de l’interroger pour le prochain chantier (Mr. Komla ABATOUTOU 958 26 51) 10 h : nettoyage de l’intérieur du dispensaire 11 h : Poto vient nous rappeler que nous avons oublié que nous avions pris rendez-vous chez l’acheteur du Mercédès à Ellémé et qu’il fallait absolument s’y rendre car il nous avait préparé une réception. Devant l’état lamentable de notre véhicule, nous décidons d’emmener Yao (le mécano) et grand bien nous en prend car l’ascension de la Montagne d’Ellémé s’est révélée très hard. Accueil très chaleureux de Monsieur KALAO, de sa famille et de son équipe autour d’un très bon repas. Mr Kalao continue de supplier pour l’achat du Mercédès 4x4 et nous remet des graines de cacao et café afin que nous nous renseignions pour lui trouver un importateur en France. Il exporte actuellement par un intermédiaire à Lomé. 16 h : retour à Kpeglo et aménagement du dispensaire. Entre 2 voyages de meubles, Yao, à qui CD a demandé la caisse de la Commission, se plaint à JD de n’avoir vu, en tout et pour tout, que les 100.000 FCFA laissés l’an dernier et n’a pas reçu autre chose pendant l’année.

Mardi 26 avril  

8 h : RV à la Poste d’Ellé pour dépôt des fonds des dossiers forage. Nous y rencontrons le chargé de mission du Ministre, Monsieur Sourou. Nous remettons donc les 600.000 FCFA pour les 4 forages : Kpeglo Gan, Bamele Kope, Djanta Kopé et Akadiamé. Nous créons également une Boîte postale qui aurait dû être au nom de Barthélémy mais sera à celui d’Ekim qui, à priori, est le seul à posséder des papiers d’identité à jour. 9 h : retour au village et installation de l’infirmier. 17 h : visite des menuisiers qui veulent fêter la fin du chantier par « la descente de toit ». Nous acceptons de leur offrir 10.000 F CFA pour cette fête.

Mercredi 27 avril 

Matin : installation du dispensaire. Joseph remet les médicaments. CD discute avec Joseph des frais sur les dossiers des forages et ils se mettent finalement d’accord pour 40.000 FCFA pour solde de ces frais, soit un léger gain par rapport à ce qui était prévu. (environ 59.000 au lieu de 80.000 FCFA)

Jeudi 28 avril  

7 h : départ pour Lomé avec l’infirmier qui a besoin de matériel. 8 H : arrêt à Adeta à l’UTB pour mise en place d’un virement permanent mensuel à l’ordre de l’infirmier de 88.000 FCFA (soit 80.000 de salaire + forfait déplacement Kpalimé + Adeta 1 fois par mois). L’infirmier devra, chaque fin de mois, déposer l’argent récolté sur le compte de l’association, envoyer par mail un compte-rendu au Dr. Bouillon. Il devra également faire un rapport mensuel au DPS et se rendre aux réunions d’information imposées par le DPS. 12 h : divers achats matériel de base pour le dispensaire en face de l’hôpital de Tokoin. Nous en profitons pour déposer les jouets trouvés dans la mission au service pédiatrie du CHU. Après repas en ville, pneus crevés, photocopies, etc… retour sur Kpalimé où nous sommes contraints de dormir, arrêtes par une pluie battante dans une nuit noire. Côté positif, cela nous a permis de faire un peu plus connaissance avec l’infirmier.

Vendredi 29 avril 

5 h 30 : départ de Kpalimé. JD, qui devait accompagner Ekim à moto à Atakpamé pour rencontrer le responsable de l’AGAIB est contrainte d’annuler compte tenu du fait que celui-ci ne peut nous recevoir après 8 heures. Ekim, contacté par téléphone, décide de s’y rendre seul. Arrivés au village, dépôt du matériel au dispensaire et remise de 150.000 FCFA à l’infirmier pour acheter les médicaments manquants. Kossi repart aussitôt vers Lomé où il est attendu. 11 h : les maçons veulent aussi « descendre du toit » (soit FCFA 10.000 à Atsu) 13 h : repas convivial avec les maçons et les menuisiers pour la fameuse « descente de toit ». CD offre un savon à chaque professionnel symboliquement. 15 h : après avoir constaté la livraison des 20 tables bancs à l’école, nous remettons le solde du paiement au menuisier, soit 100.000 FCFA. 17 h : achat de pointes pour étagères bibliothèque + réparation des bancs de Tsavie Kope + 3 plaques de contreplaqué pour partager une des pièces de la case santé.

Samedi 30 avril 

9 h : CD part avec les menuisiers chez le coupeur de bois pour réparation des bancs de Tsavié et réalisation des étagères bibliothèque. 9h 30 : Ekim nous fait un compte-rendu de sa visite chez le coordonateur de l’AGAIB , Monsieur Nayo (905 24 85). Celui-ci n’a pas encore notre dossier mais il soulève le problème d’alimentation du château d’eau en électricité. Il signale que les Suisses (association d’Ellé ) ont fait une demande pour amener l’eau à Mama Kope (serait-il intéressant de les contacter ?). Il explique également que certains châteaux d’eau sont équipés de panneaux solaires. 10h30 : réunion de la Commission entière pour fête. Ambiance sympathique. Nous remettons à Yao une bouteille de whisky pour le chef canton qui n’a pas pu se déplacer à la fête. Nous remettons également les 180.000 FCFA pour le dossier du CEG à Joseph et réglons le scieur de bois pour les planches prises le matin. 16 h : marché d’Ellé et achats de quelques matériels pour dispensaire.

Dimanche 1er mai 

9h30 : Réunion CD/JD avec Ekim, Barthélémy et Joseph CD explique le but de cette entrevue : réunir d’une part, le nouveau président de la Commission, Barthélémy, d’autre part, le dépensier, Ekim et enfin le tireur de ficelles, Joseph. Après discussion, Ekim reconnaît qu’il a un peu exagéré au niveau de ses dépenses de déplacements et qu’il assume. Il assure qu’il remettra au nouveau président 40.000 FCFA + les 47.000 FCFA restant théoriquement en caisse, soit 87.000 FCFA. Enfin, ayant demandé à Joseph la caisse des médicaments qui semble se monter à 51.800 FCFA ( ???) celui-ci nous informe qu’il a partagé l’argent avec Komi et que JJ et Monique sont au courant. Joseph dit qu’ils rembourseront dès qu’ils pourront. Compte-tenu de toutes ces informations, CD considère qu’il n’y a pas lieu de laisser un sou de plus à la Commission puisqu’il reste environ 140.000 FCFA à remettre dans cette caisse.

Lundi 2 mai 

6 h : départ d’Ellé pour Kpalimé où nous avons RV avec le chef du DPS qui doit nous remettre, une fois de plus, le dossier du dispensaire pour modifications. 15 h : RV avec l’infirmier à Lomé pour discuter du dossier qu’il décide de prendre en charge. Nous lui remettons quelques dernières courses pour le dispensaire. Nous rappelons à l’infirmier ce que nous avons déjà spécifié très clairement à la Commission : Il est seul responsable de la case santé sous la direction de l’Association France dont le responsable pour la santé est le Docteur Bouillon. Il devra donc, dans un premier temps, se débrouiller avec les moyens qu’on lui donne et soumettre à JJ Bouillon pour accord toute modification éventuelle. POSITION DU COMPTE UTB à notre départ : 4.221.767 FCFA LISTE DES TRAVAUX QUE LE MENUISIER KOMI AWADE S’EST ENGAGE A FINIR Pose d’étagères pour bibliothèque dans une case de la mission Traitement du bois contre les termites dans case santé Petit banc de 3 marches pour accéder à table d’accouchement (table bois de la mission) Pose du contreplaqué pour diviser la pièce séjour /accouchement Accroche au mur de 3 armoires à médicaments Réparation des bancs de Tsavié Kopé Doléances du menuisier : Des cannes pour son frère handicapé Des casques de chantier LISTE DES MATERIELS PRIS A LA MISSION ET PLACES AU DISPENSAIRE 1 lampe à pétrole Le grand bac à eau 1 seau noir 2 bassines 1 plateau inox 4 chaises 2 tables en bois (1 bureau + table accouchement) INVENTAIRE DU CONTENU DE LA MISSION A NOTRE DEPART 6 lits d’hôpital Matelas mousse pour 2 lits 1 chariot cassé 1 vélo (roue avant démontée) 1 plateau de bureau métallique incomplet 3 lits de camp déchirés 4 lits de camps bleus neufs (pliés sous housse) 2 lits de camp anciens 1 vieux matelas 90 20 nakos 1 valise bleue contenant 4 matelas gonflables 1 valise rouge contenant 1 matelas gonflable 3 casques de vélo 1 gros sac rouge contenant petits oreillers avion 1 sac à dos bleu 1 petit carton de fringues femmes 1 carton de linge de maison 1 carton de couvertures 1 carton de draps 1 gonfleur matelas 1 sac de dossiers suspendus 1 carton divers draps, sac bébé pour dispensaire 1 gros sac rouge contenant 12 ballons de baskets et 7 ballons de rugby Dans la cuisine, outre le matériel habituel, 3 bouteilles de whisky et 3 bouteilles de sirop P.S. bouteille de whisky a été déposée lors de notre départ à l’épouse de l’infirmier d’Ellé pour sa bienveillance future.